Menuiserie De JaegerGarage Dion

 

jjb banner 2018

Assenois (2B) : Stéphane Dubois nous livre sa réflexion

Écrit par Clément le 11 janvier 2021.

Carte blanche à Stéphane Dubois, l'entraîneur d'Assenois.

Réflexion et questionnement d’un petit entraîneur de foot amateur un dimanche matin qui découvre sur internet un article paru le 09/01/2021 « Saison blanche en foot amateur ».

Pourquoi prendre une décision si hâtive ? Pourquoi ne pas attendre les constats de l’évolution de la pandémie ? Est-on réellement dans l’urgence d’une telle décision ?

Le 28 décembre 2020, le CP publie un calendrier de reprise qui débuterait en principe le 13 février 2021 avec une dernière journée le 2 mai (donc en mai, juin et juillet le foot amateur serait de nouveau à l’arrêt). Aucune personne sensée n’a cru un instant à cette reprise vu que de nombreuses personnes (indépendants et autres) n’ont pas encore pu reprendre leurs activités.

Nous, entraîneurs, nous passons notre temps à faire et refaire des préparations depuis un an. Pourquoi, dès lors, ne pas attendre avant d’annoncer une saison blanche ? Pourquoi ne pas postposer la reprise et recommencer en mars (quand le temps y sera propice), de rejouer en avril, mai et juin (il ne reste que 9 journées à caser sur le calendrier et avec Pâques, l’Ascension et la Pentecôte, cela offre la possibilité de jouer à des dates supplémentaires.

Je lis également qu’il ne faut pas jouer en juin à cause des étudiants qui seront en examen et aussi à cause de l’Euro !
J’ai été étudiant et pendant mon blocus j’adorais regarder Roland Garros (pendant 2-3 heures). Quelle est la différence entre faire une pause pour regarder le sport à la télé et une pause pour se défouler et aller jouer un match de foot un dimanche ? Au contraire, n’est-il pas mieux de faire une pause pour aller se défouler ?
De plus certains étudiants ont une deuxième session en septembre alors que le championnat a généralement repris.
Quant à l’Euro, par exemple, jouer à 15h et regarder les diables à 18h ou 20h sur un écran en extérieur (distanciation sociale oblige) permettrait une rentrée financière aux clubs qui, pour certains, ne se relèveront peut-être pas de cette crise. Pourquoi ne pas les soutenir également en jouant quand il fait beau, avec des buvettes extérieures et des matchs à enjeu ?

Enfin je terminerai par dire qu’il faut encore prendre le temps de la réflexion car nos jeunes et nos moins jeunes, qui aiment tant le sport collectif, sont actuellement comme des lions en cage et cela mine le moral de beaucoup d’entre eux et beaucoup d’entre nous.

J’espère que les « têtes pensantes » de notre sport favori entendront notre détresse et nous donneront encore l’espoir de terminer cette demi-saison, en attendant que les vaccins fassent leurs preuves.

Je suis seulement un entraîneur passionné.

Prenez soin de vous.

Stéphane Dubois