Menuiserie De JaegerNissan Dion

 

jjb banner 2018

Namoussart : Amir Marchal conteste avoir mordu ou touché l'arbitre !

Écrit par David le 24 avril 2019.

Jeudi passé au comité provincial, un dossier était particulièrement attendu. Il faut dire que le rapport de l’arbitre évoquait des faits pour le moins inhabituels.

En séance, l’arbitre Marc Guillaume a confirmé son rapport. « Il m’a mordu ici juste en dessous de l’œil ! »

Le joueur incriminé, c’est Amir Marchal. Il joue en réserve à Namoussart. Précisons de suite qu’il dément catégoriquement avoir mordu l’arbitre et même l’avoir touché. Les faits datent du 24 mars lors du match Namoussart-Mellier. Un match du dimanche matin. Peu après l’heure de jeu, Amir Marchal était averti. Quelques minutes plus tard, l’arbitre lui adressait un rouge direct après avoir été insulté. « Quand je lui ai montré la carte, il m’a un peu mordu tout près de l’œil », a répété l’arbitre en montrant l’endroit du contact. Le match était alors définitivement arrêté. « Il m’a ensuite menacé dans le vestiaire et puis dans la buvette, il disait qu’il allait trouver où j’habite. » Dès qu’il a reçu la parole, Amir Marchal a reconnu avoir été agressif. « Mais pas physiquement », a-t-il précisé. « Je n’ai pas touché l’arbitre. Je suis sorti de mon match, j’ai été agressif, je l’ai insulté, c’est vrai. Je lui ai dit malhonnête, guignol. Mais jamais je ne l’ai touché. Encore moins mordu. » Au niveau des insultes, l’arbitre a précisé. « A plusieurs reprises, il m’a traité de fils de pute. » Amir Marchal n’accepte pas que l’arbitre répète avoir été mordu. « Avez-vous été chez le médecin ? Avez-vous au moins une photo ? C’est grave de dire que je mords les gens. » Le club de Namoussart était représenté par Gaëtan Rigaux qui avait vécu ce match comme joueur. « On doit respecter les arbitres », a-t-il d’abord déclaré. « Sur la phase de jeu, notre joueur s’est emballé. Il était nerveux depuis le début du match. Ce n’est pas acceptable. Il s’est avancé vers l’arbitre avec les mains dans le dos. D’où j’étais, je n’ai pas pu voir s’il y avait ou pas un contact. Dans tous les cas, il a avancé trop rapidement vers l’arbitre et c’était menaçant. Si j’avais été arbitre, face à un joueur qui vient comme ça vers moi, c’était rouge et match arrêté. » Amir Marchal a confirmé les propos de son équipier. « Je reconnais être allé trop loin mais je ne l’ai pas touché. » Pour le parquet, Bérengère Guillaume a d’abord spécifié que les insultes et les menaces étaient reconnues. « Nous sommes dans un contexte extrêmement agressif. L’arbitre confirme qu’il a été mordu. Quand on est mordu, je pense qu’on le sent. Pour voie de fait envers un arbitre, le règlement est clair. Les sanctions sont lourdes. On est entre trois et cinq ans de suspension. Je regarde aussi les antécédents et  il y a déjà des antécédents de violence. On parle de coup porté à la figure d’un adversaire, de coup de pied volontaire par derrière… Malgré les sanctions qui ont déjà été prononcées, il y a de nouveau des faits similaires. Je n’ai pas l’impression qu’il y ait une remise en question de la part du joueur. » Bérengère Guillaume a demandé au CP de prononcer une suspension de trois ans minimum. Elle a été suivie. Le joueur a pris trois ans en séance. « Trois ans sans jouer ? » a demandé Amir Marchal. « Sans jouer, sans entraîner, rien », a répondu Eugène de Fisenne. « ça va, merci », a conclu le joueur.

Source : La Meuse

Identification

Contact

Membres connectés

  • Pascal Schleich
  • Paul André
  • Jean Simon
  • Eric Wansart
  • Michel Chleide
  • André Gerard

A cet instant, vous êtes 74 visiteurs connectés sur Footlux.